FAQ CVE - PROFESSIONNEL DE SANTÉ

Partager

CVE - PROFESSIONNEL DE SANTÉ

Il s’agit d’un système d’information permettant de centraliser les données de vaccination de toute la population protégée, résidente et non résidente. Il enregistre toutes les doses de vaccins administrées aux personnes sur le territoire luxembourgeois par les prestataires de soins. Le CVE permet également la gestion de stock des vaccins faisant partie du calendrier vaccinal national.

  • Historique vaccinal facilement accessible en ligne
  • Support à l’indication vaccinale y compris échéance des rappels
  • Traçabilité vaccinale et pharmacovigilance (date vaccination, numéro de série, lot du vaccin, date de péremption)
  • Gestion des stocks facilitée – diminution de la charge administrative

Les professionnels de la santé (professions médicales et autres professionnels de santé) qui ont un droit d’accès défini par la matrice des habilitations, qui possèdent un compte eSanté et à qui le patient a donné l’autorisation. Les droits de lecture ou d’écriture sont conférés selon le profil établi.

L’accès à l’application se fait via le portail eSanté. La recherche du CVE d’un patient spécifique s’effectue via son matricule ou son nom. Il est prévu que l’accès au CVE soit intégré au logiciel métier du professionnel.

C’est le médecin vaccinateur qui les enregistre lors de l’administration du vaccin.

Il scanne le code-barres (datamatrix), ce qui permet de saisir automatiquement le nom du vaccin, le numéro de série et de lot, ainsi que la date de péremption.

Il n’est pas prévu, dans la phase pilote, d’enregistrer l’historique vaccinal repris sur la carte jaune. Toutefois, des solutions sont à l’étude.

La phase pilote durera trois mois. Elle débutera en mai 2021 et se terminera en juillet 2021. Cette phase permettra l’évaluation des outils et leur utilisabilité. Elle rendra possible l’évolution du périmètre des fonctionnalités selon le planning défini et le retour des participants à la phase pilote.

Il est possible de scanner le code barre via une caméra de type webcam (intégrée ou externe) ou une douchette.

Le CVE est prévu pour les personnes qui sont assurées au Luxembourg ou qui y résident. La saisie des informations vaccinales dans le CVE dans ce contexte n’est pas nécessaire.

Des travaux d’alignement aux directives internationales sont en cours.

Des travaux au niveau européen et international sont en cours. Dès que les spécificités techniques du passeport vert seront connues, une compatibilité entre les outils informatiques MSVAC/CVE pourrait être évaluée.

Non, la carte jaune reste en vigueur pendant la phase pilote.

Oui l’impression du CVE sera possible.

Non le système n’envoie pas de notification au médecin. Par contre, le médecin peut accéder au diagnostic vaccinal (vaccin à jour, vaccin à rappeler, etc…) dans le CVE de chaque patient, ou via une vue globale qui répertorie l’historique de toute la patientèle du médecin. En revanche, des notifications pourront être envoyées via SMS et/ou e-mail aux patients.

Le système d’aide à la décision intégrera le calendrier vaccinal national ainsi que les recommandations du CSMI (Conseil Supérieur des Maladies Infectieuses). Sur cette base, une aide à la décision vaccinale sera mise à disposition. Un rattrapage vaccinal devrait être évalué par le vaccinateur au cas par cas.

Il ne s’agit pas ici d’avoir accès au fichage des non-vaccinés. La Direction de la santé va avoir accès à des données agrégées de couverture vaccinale pour certaines catégories de population. Par exemple, il sera possible d’extraire la couverture vaccinale d’une catégorie d’âge spécifique à un moment donné.

Par contre, dans le cas où l’inspection sanitaire est amenée à faire une enquête de contact (p.ex. entourage d’une personne qui a été diagnostiquée comme ayant une méningite ou une rougeole) il arrive que l’information vaccinale ne soit pas disponible pour les personnes qui sont identifiées comme des contacts. Dans ces cas spécifiques, avec une procédure d’accord, les informations vaccinales de ces personnes pourront être vérifiées pour consulter leur statut vaccinal.

Des solutions sont à l’étude pour permettre l’intégration des données de la vaccination COVID-19 au CVE.

Non, cela n’est pas nécessaire dans un premier temps.